time :  jeudi 15 novembre 2018. time : 17:29:51

Thierry Dallard prend la tête du Grand Paris Express

À 52 ans, cet ingénieur de formation vient de succéder à Philippe Yvin au poste de président du directoire de la Société du Grand Paris. Sa mission sera de remettre sur les rails le Grand Paris Express en proie à des dérapages financiers et des retards de calendrier.

Par Thomas Leroy (TOUTécrit)

Le 30 mai dernier, Emmanuel Macron a officiellement nommé Thierry Dallard, au poste de président du directoire de la Société du Grand Paris, sur proposition du gouvernement. L’intéressé remplace ainsi Philippe Yvin, dont le sort était scellé depuis plusieurs mois, en raison des dérapages budgétaires et calendaires du Grand Paris Express. En effet, si la sortie de terre des lignes indispensables à l’organisation des Jeux Olympiques de Paris a été maintenue pour 2024, plusieurs tronçons ont été reportés de 3 à 6 ans, provoquant la colère des élus locaux. De la même façon, le coût du projet est désormais de 35 milliards d’euros, alors qu’il avait été estimé à 19 milliards d’euros en 2010.

« Restaurer la confiance »

Le gouvernement a donc choisi un profil plus technique. Thierry Dallard (52 ans) semble taillé pour le poste. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure et ingénieur des Ponts-et -Chaussées, il était, depuis 2007, le directeur du développement de Meridiam, un fonds d’investissement spécialisé dans les infrastructures publiques. Il a notamment été chargé du projet de liaison ferroviaire à grande vitesse entre Nîmes et Montpellier ou encore de la Rocade L2 à Marseille. Auparavant, Thierry Dallard était passé au ministère de l’Equipement puis par Autoroutes du Sud de la France (ASF). « Mon action sera guidée par un fil rouge : restaurer la confiance dans la maîtrise d’ouvrage du projet (…) La sincérité doit être au cœur de notre démarche », assure le nouveau patron du Grand Paris Express, qui souhaite réparer le lien abimé avec les élus locaux. « Le dialogue permanent est l’une des conditions de la réussite du projet », souligne-t-il.

Reprise en main attendue

En avril, les présidents des sept départements d’Ile-de-France avaient refusé de voter en faveur de sa nomination, critiquant l’absence de concertation. Thierry Dallard a confirmé l’étude « de nouveaux effectifs et de nouvelles recettes » pour relancer le GPE, tout en optimisant au mieux le budget alloué, face aux aléas. Si une reprise en main était attendue, Thierry Dallard dispose néanmoins d’une marge de manœuvre limitée et d’un calendrier serré…

Crédit : Société du Grand Paris / M. Castro.

Laisser votre commentaire

Articles similaires