time :  dimanche 21 juillet 2019. time : 04:10:32

Roland Castro chargé de relancer le Grand Paris

Le président de la République a mandaté l’architecte de 77 ans pour un rapport attendu le 31 juillet prochain.

Par Thomas Leroy (TOUTécrit)

Redonner un second souffle à la métropole du Grand Paris. Voici la délicate mission confiée à Roland Castro, une des figures les plus emblématiques de l’architecture française. Le 31 juillet prochain, l’auteur de “Il faut tout reconstruire” rendra un rapport sur l’avenir de ce vaste projet, dont les contours n’ont toujours pas été définis par Emmanuel Macron. Depuis son élection, le président de la République n’a pas tranché sur le périmètre ni sur les compétences de la métropole. A cela, il faut ajouter les dérapages financiers du futur métro et la grogne des élus face aux retards qui s’accumulent.

Transformer les quartiers exclus en pôle attractifs

L’avis de Roland Castro est donc particulièrement attendu, d’autant que sa nomination n’a rien d’un hasard. Tout d’abord, ce dernier ne cache pas sa proximité avec Emmanuel Macron, qui l’avait invité sur plusieurs de ses déplacements avant l’élection présidentielle avant d’organiser un dîner d’architectes à l’Élysée, en décembre 2017. Surtout, cet ancien militant communiste est connu pour son engagement sur la banlieue. « Le principe est simple : transformer les quartiers exclus pour en faire, à terme, les plus attirants du Grand Paris », professe-t-il dans un entretien au Figaro. L’architecte se veut ambitieux : gommer la barrière symbolique du périphérique et métamorphoser l’autoroute A86 en un « grand un boulevard intérieur, qui serait une nouvelle centralité urbaine du Grand Paris. »

Une équipe politique et technique 

Reste à imaginer les mécanismes pour y parvenir. Pour les détailler, Roland Castro s’est entouré d’une équipe à la fois politique et technique. Selon les informations du Monde, on y retrouve Anne-Claire Mialot, conseillère cohésion des territoires et logement à l’Élysée, Thierry Lajoie, directeur général de l’établissement public Grand Paris Aménagement ou encore l’architecte engagé Julien Beller. « J’ai pour mission de fournir à Macron un scénario urbain de ce que je nomme “Paris en Grand”, une rêverie organisée, fabriquable », précise-t-il au quotidien du soir.

Au-delà des projets urbains, Castro devra surtout rendre ses conclusions sur le périmètre de la métropole, pierre d’achoppement avec les élus. Mais il le promet : tout se fera dans la concertation. Les réponses sont attendues le 31 juillet.

Laisser votre commentaire

Articles similaires