time :  jeudi 15 novembre 2018. time : 17:47:44
Dernier numéro

Le conseil de surveillance de la SGP vote un budget en forte hausse

L’instance, présidée par Jean-Yves Le Bouillonnec, a également autorisé la Société du Grand Paris à recourir à l’emprunt, pour un montant de 699 millions d’euros.

Le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris a adopté son budget pour l’année 2017. Les prévisions budgétaires sont en forte hausse et s’établissent à 1,758 milliard d’euros en dépenses, dont 194 millions en fonctionnement, 1,05 milliard en investissement et 508 millions en intervention, c’est-à-dire en contributions de la Société du Grand Paris à des projets réalisés par d’autres maîtres d’ouvrage, notamment les prolongements de la ligne 14 entre Saint-Lazare et Mairie de Saint-Ouen, du RER E à l’ouest, de la ligne 11, et de la modernisation des RER.

500 millions pour la modernisation des transports franciliens 

Pour la première fois, le conseil de surveillance a autorisé le directoire à recourir à l’emprunt jusqu’à 700 millions d’euros, puisqu’en 2017, la totalité du fonds de roulement de la Société du Grand Paris sera consommé. Ce budget reflète la puissante montée en charge du projet et la portée réelle des travaux de génie civil. « Nous votons un budget volontariste dont un tiers de l’investissement, 500 millions d’euros, est consacré au financement, par la Société du Grand Paris, du plan de modernisation des transports de la région Ile-de-France », indique Jean-Yves Le Bouillonnec, président du conseil de surveillance de la SGP (photo). « Dans les premiers mois de 2017, nous allons attribuer cinq nouveaux marchés de génie civil sur la ligne 15 Sud. Nos dépenses reflètent l’activité extrêmement soutenue et le basculement du Grand Paris Express en phase de travaux », mentionne Philippe Yvin, le président du directoire de la SGP.

Au niveau des investissements, les dépenses se répartissent principalement entre 456 millions pour les travaux préparatoires et de génie civil des infrastructures, 194 millions pour les études de maîtrise d’œuvre et d’assistance à maîtrise d’ouvrage des infrastructures sur les tronçons en cours de conception, 185 millions pour la maîtrise foncière et 89 millions pour les conventions concessionnaires.

1,305 milliard de ressources

Quant aux ressources prévisionnelles, elles s’élèvent à 1,305 milliard provenant d’une part des ressources fiscales affectées (66 millions au titre de l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau, 385 millions au titre de la taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement (TSBCS) et 117 millions au titre de la taxe spéciale d’équipement) et d’autre part d’un emprunt à hauteur de 699 millions.

Crédit photo : SGP

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser votre commentaire

Articles similaires