time :  jeudi 15 novembre 2018. time : 17:46:43

L’agriculture urbaine prend ses quartiers dans le Grand Paris

Potagers, fermes verticales et même vignobles… Les projets se multiplient pour apporter un bout de campagne au cœur des villes.  

Par Thomas Leroy (TOUTécrit) 

Romainville, en Seine-Saint-Denis, a décidé de renouer avec son passé. Terre de cultures pendant des siècles (notamment de céréales et de vignes), la Ville a lancé, fin juin, la construction d’un projet hors-norme au milieu d’immeubles de logements sociaux : une cité maraichère composée de deux tours vitrées, dont l’une grimpe à 24 mètres de haut. L’objectif ? Produire chaque année 12 tonnes de fruits, légumes ou encore champignons sur une surface d’explitation étagée de 1000 m². Si la municipalité ne vise pas l’autosuffisance, elle voit cette ferme urbaine comme un complément à l’agriculture classique et une manière d’imaginer un nouvel écosystème local et plus durable. La démarche est d’ailleurs loin d’être isolée, puisque de nombreuses villes du Grand Paris se lancent dans de telles initiatives.

Paris en pointe

A commencer par la capitale, elle-même. Le 18 juin dernier, Paris a dévoilé les 33 lauréats de son deuxième appel à projets Pariculteurs, qui promeut l’agriculture urbaine. Cette nouvelle édition consacre 10 hectares aux plantations. Parmi les programmes, on retrouve par exemple l’exploitation d’un ancien tunnel de métro sous le parc Monceau. La société Florentaise compte installer des aromates et des petites pousses, éclairées par des ampoules LED, pour fournir les restaurateurs locaux. Dans le 10ème arrondissement, le toit-terrasse d’une copropriété va accueillir une production de fleurs coupées. Sur le site de l’hippodrome de Vincennes, près de deux hectares de vigne seront plantés pour fabriquer un vin de pays. Et dans le 13ème, un champ de safran poussera même sur le toit d’un supermarché.

De nouveaux liens dans la ville

Désormais, l’agriculture est pleinement intégrée dans les projets urbains et tout le Grand Paris se met au vert. A Morangis, dans le cadre de l’appel à projets ”Inventons la métropole du Grand Paris”, une friche va être transformée en un quartier de 49 logements, associé à une ferme bio afin de créer un nouveau lien entre les citadins et leur alimentation (photo). L’agriculture urbaine n’est plus une simple lubie mais s’intègre pleinement dans les rouages de la ville du futur.

Laisser votre commentaire

Articles similaires