time :  dimanche 19 septembre 2021. time : 03:23:54

Jean-François Monteils, nouveau président de la SGP

Cet énarque de 55 ans, a été nommé lors du Conseil des ministres le 10 mars dernier. Succédant à Thierry Dallard, il prendra ses fonctions le 22 mars.

De Bordeaux à Saint-Denis en quelques jours. Président de la Chambre régionale des comptes Nouvelle-Aquitaine, Jean-François Monteils vient de rejoindre la Société du Grand Paris (SGP), après la non-reconduction de Thierry Dallard en poste depuis deux ans. Les retards pris par le chantier du Grand Paris Express seraient la cause de cette éviction.

Lors de son audition devant la Commission du développement durable du Sénat, Jean-François Monteils a promis que le GPE irait « jusqu’au bout » et que, comme prévu, 200 kilomètres de lignes automatiques et 68 gares sortiraient de terre d’ici 2030 autour de Paris. « Il n’y a pas de tronçon détachable l’un de l’autre, a déclaré le nouveau président. L’idée n’est pas de remettre en cause le projet de quelque manière que ce soit. La feuille de route du Grand Paris est le schéma d’ensemble dont on ne sortira pas. » C’est sur la base de cet engagement que Jean Castex l’a chargé de piloter le chantier du Grand Paris Express, un projet dont l’enveloppe est estimée à 35 milliards d’euros.


Un parcours brillant

Jean-François Monteils (55 ans) en entré à l’ENA en 1991, année où l’actuel Premier ministre en est sorti. Les deux hommes se sont connus deux ans plus tard à la Cour des Comptes, où ils partageaient le même bureau. Jean Castex appréciait l’efficacité de Jean-François Monteils, mais aussi sa bonne humeur. Amateur de vélo et jazzman à ses heures perdues, le nouveau président de la SGP a notamment été sous-préfet de Saintes, conseiller au cabinet du Premier ministre François Fillon et secrétaire général du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Depuis 2015, à la Chambre régionale des comptes Nouvelle-Aquitaine, Jean Castex s’est distingué par sa pugnacité, notamment en épinglant la gestion de la mairie de Pau, par François Bayrou.

Une pugnacité dont il aura sans doute besoin, puisque des militants écologistes menacent de bloquer les différents chantiers du GPE. Sans oublier qu’avec la pandémie, de nouvelles voix contestent son bien-fondé.

Crédit photo : Société du Grand Paris.

Laisser votre commentaire

Articles similaires