time :  jeudi 15 novembre 2018. time : 17:48:55

Grand Paris Express : un chantier enfin sur les rails

Tunnelier sur la ligne 14 Nord vers Mairie Saint-Ouen.
Crédit : SGP / Benjamin de Diesbach.

Lancé officiellement le 4 juin 2016, le chantier du futur métro automatique a d’ores et déjà débuté dans le sud de l’agglomération parisienne. Tour d’horizon des défis qui attendent ce projet pharaonique, dont la fin des travaux n’est pas attendue avant 2030.

Depuis quelques mois, les engins de chantier s’activent dans le sud de l’agglomération parisienne où les travaux de construction du Grand Paris Express ont officiellement démarré. Sur la commune de Clamart, pelles mécaniques et bulldozers sont à pied d’œuvre aux abords de ce qui deviendra, d’ici quelques années, la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart. Il en va de même tout le long du tracé de la future ligne 15 Sud, entre Pont de Sèvres, dans les Hauts-de-Seine, et Noisy-Champs dans le Val-de-Marne. Cette ligne de métro, qui connectera entre elles les villes de la petite couronne situées au sud de Paris, doit être le premier tronçon du Grand Paris Express à entrer en fonction… autour de 2022. Si le creusement des infrastructures souterraines n’est pas pour tout de suite, plus rien ne semble désormais s’opposer à l’avancement du chantier comme le rappelait en septembre dernier Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Gand Paris (SGP), l’établissement public créé par l’Etat en 2010 pour concevoir et réaliser le futur métro automatique francilien : “Toutes les enquêtes publiques sont à ce jour réalisées et, d’ici mi-2017, 14 des 16 gares de la ligne 15 Sud seront en travaux. Notre engagement est total pour réaliser le Grand Paris Express dans le respect du calendrier, des coûts et des personnes, au premier rang desquelles les riverains.” Le dirigeant de la SGP entendait ainsi formaliser la mise en route d’un projet attendu de longue date. D’ici la fin de l’année 2017, les travaux préparatoires à la réalisation des 16 gares de la ligne 15 Sud (voir schéma du futur réseau) et autres ouvrages annexes1 seront en principe terminés. Cette première étape consiste à repérer les réseaux souterrains d’eau, de téléphone, d’électricité et de chauffage urbain avant de procéder à leur déplacement. Les bâtiments situés à l’aplomb des futures gares, préalablement rachetés par la SGP, vont également être démolis lors de cette phase du chantier. Pour l’aménageur, il s’agit de faire “place nette” avant des opérations de génie civil bien plus lourdes.

Découvrez l’article complet dans le magazine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser votre commentaire

Articles similaires